Dans les coulisses d’un CV à 2 Millions de vues

par Mattéo Clochard
0 commentaire
Le CV original inspiré d'Orange is the new black d'Athénaïs Andreau

Des notifications en permanence, une messagerie vocale saturée et un post qui a été vu plusieurs millions de fois, c’est ce qu’a vécu Athénaïs Andreau, étudiante en communication, suite à la publication de son CV créatif sur LinkedIn. 3 semaines après, elle revient sur les coulisses de cet énorme buzz.

Qu’est-ce qui t’as poussé à réaliser ce CV original ?

Pour l’instant, je suis étudiante en DUT Information – Communication à Tours. Mais j’ai d’ores et déjà été accepté en Bachelor 3 Chef de projet communication – publicité – marketing à l’ESP (l’École Supérieure de Publicité) à Paris pour l’année prochaine. J’ai choisi de faire cette formation en alternance et de faire une option en création publicitaire pour me spécialiser dans ce domaine. Je me suis donc mise à la recherche d’une entreprise qui pourrait m’accueillir en septembre prochain. C’est dans ce but que j’ai réalisé ce CV et que je l’ai publié le 24 mars sur LinkedIn.

Aujourd’hui, le 8 avril, tu as dépassé les 2 millions de vues, les 2 000 commentaires et tu arrives bientôt aux 60 000 j’aimes. Une vingtaine de jours après, avec du recul, quel est ton sentiment sur cet immense succès ?

Déjà, je suis très étonnée d’avoir fait autant de vues et d’avoir eu autant de réponses et de commentaires positifs. En ayant autant de vues, je pensais vraiment que j’allais avoir des commentaires négatifs et au final il y en a très peu. Ce succès a été compliqué à gérer parce que je n’y étais pas préparée. Il y a une viralité qui s’est faite sur l’ensemble des réseaux. En effet, je l’ai aussi publié sur TikTok et des personnes l’ont repartagé sur Twitter et Instagram. C’est vraiment devenu viral et ça a été vraiment difficile de gérer tous les appels, les messages et les mails en même temps. Au départ, je m’étais promis de répondre à tout le monde sauf que ce n’était pas possible et gérable. J’ai donc essayé de liker tous les commentaires pour faire acte de remerciement mais je ne pouvais pas faire plus.

La deuxième page du CV d'Athénaïs Andreau inspiré de la série Orange is the new black et de l'univers carcéral.

© CV Athénaïs Andreau

Au-delà de la surprise, il y a également eu de la fierté n’est-ce pas ?

Oui, bien sûr. Surtout de la fierté que le travail qui ait percé reflète ma créativité et ma personnalité. Et que ce soit une création dans laquelle j’ai mis tout mon cœur et consacré tout mon temps.

Alors que des milliers de CV sont postés chaque jour sur LinkedIn, qu’est-ce qui a permis au tien de se démarquer ?

De base, pour un CV créatif et bien fait, il y a toujours un petit buzz sur LinkedIn. Mais je ne pensais pas à ce point. À ma plus grande surprise, ça a vraiment fait l’effet d’un buzz. Je pense que cela est dû au fait que la première page est percutante. Elle est très visuelle donc les gens sont directement intrigués de voir une prisonnière en face d’eux quand ils regardent leur fil d’actualité. Ils vont cliquer sans forcément lire le texte avant. Et ceux qui vont comprendre dès la première page, vont être intéressés et vont continuer à le lire. Au final, je suis très contente du tournant qu’il a pris et qu’il ne soit pas forcément perçu comme un CV mais plus comme une création.

On imagine qu’un tel buzz ne vient pas tout seul. Quelle fut la stratégie que tu as mise en place ?

La stratégie, c’était de rassembler différents éléments qui vont pousser les gens à regarder. Déjà, le visuel. Ensuite, j’ai pris l’option d’une série et de faire des petits jeux de mots par rapport à l’univers carcéral où il y a un champ lexical assez riche. Je pense que le choix de la série (Orange is the new black) était une bonne idée puisque la couleur orange attire directement l’œil des gens. Après, ça se joue aussi surtout sur les mots-clés et les hashtags à la fin de la publication. Et enfin, toute une stratégie d’inciter son réseau à le partager, qui le partage lui-même à son propre réseau et qui créé une spirale virale (rires).

La 3ème page du CV d'Athénaïs Andreau

© CV Athénaïs Andreau

Quels sont les conseils que tu pourrais donner à quelqu’un qui souhaiterait faire un CV original ?

Déjà il faut savoir qu’il y a beaucoup de gens qui perçoivent assez mal les CV créatifs. Ceux représentant une tablette de chocolat, un emballage Monoprix ou un billet d’avion, ont été vu et revu. Il y a beaucoup de gens qui en ont marre de voir tout le temps des CV originaux, mais qui ne deviennent plus originaux puisque tout le monde s’en inspire. Par exemple le CV Netflix, tout le monde en a assez parce qu’on le voit en vidéo, en photo, sous toutes les formes possibles et inimaginables. Je pense donc que si une personne veut faire un CV créatif, il faut vraiment que cela soit quelque chose qui ne soit pas existant parce que sinon on ne s’arrêtera pas dessus parce qu’on l’aura déjà trop vu. Un autre conseil que je peux donner est qu’il faut que la personnalité ressorte directement et que les compétences de la personne soient justifiées par la création du CV, la mise en place mais aussi par la mise en forme

On a évoqué le nombre de vues et de j’aimes, mais pas de propositions. Combien en as-tu reçu depuis 3 semaines ?

Comme il a été compliqué pour moi de tout gérer, j’ai créé un tableur Excel pour répertorier toutes mes propositions. Et j’en ai compté 180. Alors parmi celles-ci, il y a des entreprises qui renvoient vers des offres qu’elles ont publiées donc où je suis en concurrence avec d’autres personnes. Sinon, la moitié des propositions étaient mal localisées donc ça fait un premier gros tri puisqu’il fallait absolument que ce soit sur Paris, là où est mon école. Ensuite j’ai fait un deuxième tri par rapport aux univers que j’aimais bien donc je privilégiais soit une agence de com, soit un univers food ou mode. Enfin, le plus important est que je puisse avoir ma patte créative au sein de l’entreprise.

Et sur ces 180 propositions, combien en as-tu finalement retenu ?

Je n’aurais pas pensé en avoir autant, et surtout autant qui m’intéresseraient vraiment. Au total, j’ai échangé en appel avec 40 personnes, et j’ai fait 17 entretiens, en visio-conférence, étant donné le contexte.

Et ton choix s’est arrêté sur ?

J’ai favorisé une toute petite société et une marque jeune : Malucette. Une startup dans le domaine de la mode et dans un univers très féminin. Elle vend des tangas menstruels pour que la femme se sente bien pendant ses règles donc je trouvais que c’était une bonne problématique. En plus de cela, les 2 fondateurs sont dans un esprit très jeune, créatif et dynamique. Rien qu’en voyant leur page Instagram, j’ai eu un déclic parce que c’était vraiment une communication qui me ressemblait et je me suis directement vu en train de créer des choses avec eux. Le feeling est très bien passé lors de l’entretien. Et en plus c’est une marque made in France, la production a lieu à Troyes, et elle permet le confort de la femme, même pendant ses périodes difficiles (sourire).

Photo d'illustration d'Athénaïs Andreau, créatrice d'un CV original

© Instagram @athenaisandreau / Photo par @mrlsphotographie

Pour découvrir une autre interview d’une femme ambitieuse, vous pouvez retrouver celle de Lison Bourgeois qui a rencontré Sandrine Rousseau qui veut « donner un autre visage aux femmes dirigeantes ».

Je m’appelle Mattéo, j’ai 20 ans et je suis aussi agile un micro dans les mains que Zidane avec un ballon. Passionné de sport depuis tout petit, je me réveille tous les matins en buvant un café et en lisant L’Équipe. Mon objectif ? Qu’à votre réveil, ce soit Allumette qui accompagne votre café ! Car je peux vous assurer que des articles, vidéos et podcasts produits par des jeunes journalistes passionnés font partie des meilleurs réveils possibles !

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire