Sandrine Rousseau veut “donner un autre visage aux femmes dirigeantes”

par Lison Bourgeois
0 commentaire
Un portrait de Sandrine Rousseau réalisé par France Bleue

Cette chercheuse en économie est devenue un symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes en accusant d’agression sexuelle Denis Baupin, ex-responsable du parti écologiste. Candidate à la présidentielle 2022, elle nous interroge sur la possibilité d’une présidente féminine, féministe et progressiste.

Pourquoi avoir envie de devenir présidente ?

Je pense que l’on arrive à un carrefour de notre civilisation, de notre histoire et de notre construction sociale. C’est-à-dire que soit on agit extrêmement vite sur les questions planétaires et sociales et on arrive à tenir face au dérèglement climatique.Soitonnemetpas en œuvre des réformes d’ampleur sur ces deux plans et on va se prendre le mur de manière vraiment violente. Si les hommes politiques qui nous gouvernent n’ont pas encore saisi ce calcul, alors il ne faut pas croire qu’ils vont en prendre conscience sur les deux ans qui arrivent. Donc il faut y aller nous-mêmes ! Quand je vois le psychodrame sur le repas sans viande, je me dis qu’il y a encore du chemin. Je veux marcher vers cette nouvelle voie en assumant le fait que l’on puisse totalement changer notre manière de faire.

Quels sont les premiers points du changement ?

Ma pensée s’organise autour de trois axes principaux. Premièrement, je veux mettre en place une écologie radicale car notre santé et notre environnement sont mes priorités. Par exemple, lorsqu’il s’agit de choisir entre sauver les abeilles ou quelques betteraviers. Nous devons sauver les abeilles, tout en accompagnant les betteraviers. Deuxièmement, notre contrat social doit être totalement repensé. Cela signifie qu’il faut modifier notre manière de vivre ensemble et notre conception de l’égalité. Je me demande toujours ce que nous pouvons mettre en place pour que chaque personne puisse vivre dignement en société. Pour cet objectif, je pense que nos services publics sont fondamentaux. Enfin, la démocratie française doit se relever. L’idée qu’un homme providentiel, ou qu’une femme providentielle, impose les règles à suivre dans toutes circonstances n’est plus possible ! La gestion du Covid-19 nous a d’ailleurs bien montré qu’une politique centralisée n’était pas efficace. J’aimerai prendre davantage en compte les territoires et ne pas gérer la situation comme un tableau excel.

Les Français sont-ils prêt à élire une femme présidente en 2022 ?

Oui, j’en suis persuadée! Les femmes ont joué un rôle extrêmement important dans la sphère politique ces dernières années, si ce n’est un rôle de premier plan. Kamala Harris, Nicola Sturgeon, Jacinda Ardern … Je pense que ce n’est pas un hasard !  Il y a quelque chose qui est en train de se passer partout dans le monde. Avant, les femmes politiques étaient des femmes de droite ou d’extrême droite. On pense à Margaret Thatcher ou à Marine Le Pen. Mais aujourd’hui on assiste à un basculement où celles qui arrivent à avoir le pouvoir sont des démocrates. Je veux accompagner cette nouvelle bascule, car je suis persuadée que nous pouvons donner un autre visage aux femmes dirigeantes.

Ce visage est-il encore maintenu dans l’ombre médiatique ?

Certainement, mais plus pour longtemps ! Une nouvelle génération arrive et l’ancien monde essaie de s’accrocher à ce qui lui reste. Mais je suis persuadée qu’il ne tiendra pas longtemps. Je me suis beaucoup interrogée sur l’inégalité de couverture médiatique entre les femmes et les hommes pendant la crise sanitaire. Plusieurs revues scientifiques ont tiré la sonnette d’alarme en regrettant la faible quantité d’articles féminins. J’ai l’impression que les hommes  politiques ont profité du confinement pour construire leurs carrières alors que les femmes politiques ont augmenté leurs charges mentales en tâches ménagères ou en éducation des enfants. C’est tout de même incroyable !

Est-ce que cette charge mentale vous a ralenti dans votre travail ?

Oui bien-sûr ! Par exemple, je suis en train d’étendre mon linge enmêmetempsquejevous parle. Je ne suis pas certaine que les autres candidats à la présidentielle s’occupent de leurs tâches ménagères en même temps qu’ils répondent aux interviews ! D’ailleurs, je suis convaincue que ces assignations féminines ont construit un autre regard sur la politique.

Vous pensez avoir une vision différente des autres candidats en étant une femme ?

Je pense que homme et femmes, nous pouvons avoir des visions semblables. Mais, personnellement, en tant que femme politique, mon chemin n’a pas été facile. Et finalement, ces obstacles ont forgé mon regard critique face au pouvoir. Par ailleurs, le regard de la femme française a été construit depuis des siècles avec la dimension “domestique”. D’une certaine manière, les assignations féminines ont fait que les femmes ont plus tendance à prendre soin des autres et à prioriser le bien commun. C’est intéressant de noter que les femmes politiques se sont révélées dans cette période d’interrogation et de refonte. Loin des immenses carrières politiques masculines, les parcours personnels féminins ont réussi à retrouver la confiance des électeurs. A titre d’exemple, ce prisme a rendu la gestion du covid totalement différente. Jacinda Ardern a pris en compte la contamination au sein du foyer en isolant les personnes contaminées des autres membres de la famille. C’est un nouveau point de vue sur la société et il mérite sa place !

 

Une photo portrait de Sandrine Rousseau réalisé par le journal le Monde

A quelques lettres près, mes parents auraient pu m'appeler Louise Bourgeois. Faute de quoi, je défends aujourd'hui son combat féministe avec ferveur. Chaque article est une rencontre puis des heures de travail pour retranscrire le mot juste et porter votre voix !

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire