Vidéo : Zanzibar, l’accès à l’eau menacé par le tourisme

par Noemie Bonnafous
0 commentaire

« EVERY DROP COUNTS » est un projet réalisé dans le cadre universitaire. Nous devions produire une campagne de sensibilisation sur le thème de notre choix. J’ai voulu montrer le contraste qui existe entre la consommation moyenne d’eau d’un habitant sur l’île d’Unguja (archipel de Zanzibar) et celle d’un touriste venu en vacances. Résultat : un touriste consommerait jusqu’à 15 fois plus d’eau qu’un habitant de l’île. Cette surconsommation a de lourdes conséquences sur la population locale.

Sous-titres : 

 

« Dans le monde, 1 personne sur 3 n’a pas accès à l’eau potable.

Les personnes les plus affectées par cette pénurie vivent dans des destinations touristiques.

Au Zanzibar, l’accès à l’eau potable est loin d’être acquis. 
Consommation d’eau par habitant et par jour : 93,2 litres.
Consommation d’eau par touriste et par jour : 686 Litres.
7 fois plus.

Au Zanzibar l’accès à l’eau dépend de l’eau douce venant des pluies saisonnières. 
Et la demande excessive a de grosses conséquences sur l’accès à l’eau de la population.
Beaucoup d’hôtels utilisent à outrance cette ressource limitée…et contribuent à la contamination de l’eau contenue dans les nappes phréatiques.

 

« En 2010, une épidémie de choléra (…) qui a tué trois habitants, a mis en cause, en partie, les eaux usées des hôtels qui auraient contaminé les eaux souterraines » – The Guardian.

De plus, le prix de l’eau augmente à cause d’une demande excessive et d’une surconsommation.
Inconsciemment, les touristes mettent en danger la nature qu’ils sont venus chercher, et impactent négativement les populations locales. 

Le défi actuel consiste à réveiller les consciences, afin de préserver les ressources en danger. Les actions des gouvernements et des entreprises sont nécessaires pour assurer un changement à long terme. Mais les choix des clients peuvent faire une grosse différence. 
Il est important d’agir individuellement. Faites attention à votre consommation d’eau »

Les études démontrent qu’en moyenne, les touristes venus sur l’île d’Unjuga (plus communément appelée Zanzibar) consomment plus de 7 fois plus d’eau que ses habitants. Dans les hôtels les plus luxueux, ce chiffre monte à 15 fois plus. Cette surconsommation a de graves conséquences sur l’accès à l’eau des populations locales, mais aussi sur sa salubrité.

À écouter les zanzibarites, le tourisme est une véritable aubaine. Cette île, située dans l’archipel de Zanzibar au large de la Tanzanie, est devenue en quelques années une des destinations paradisiaques les plus prisées des touristes, avec plus de 400 visiteurs par an. C’est aujourd’hui la première ressource économique de l’île, devant la pêche et l’agriculture. Cependant, le tourisme peut se montrer aussi dévastateur que salvateur pour les populations locales. 

En 2010, le « Guardian » révèle que trois habitants du village de Jambiani (côte Ouest de l’île) seraient morts suite à une contamination de l’eau. En cause ? Les eaux usées des hôtels de la station balnéaire qui auraient contaminé les sols, entraînant une épidémie de choléra. L’augmentation du prix de l’eau a également un impact sur les habitants de l’île. La surconsommation donnant lieu à une inflation, cette denrée devient excessivement chère et inaccessible pour les plus démunis.

Réalisation : Noémie Bonnafous

Musique : « Territory » – The Blaze.

Deux enfants boivent de l'eau sur la plage de Kizimkazi, Unguja - Noémie Bonnafous

Outre le gaspillage, la gestion de l’eau au Zanzibar est aggravée par un autre phénomène : la salinisation de l’eau. La montée des eaux causée par le réchauffement climatique engendre la contamination des puits et des nappes phréatiques par l’eau salée. Ainsi, les sources d’eau douce ne sont plus utilisables et la population fait face à une nouvelle pénurie. Pour faire face à ces enjeux, des travaux d’assainissement et d’accès à l’eau ont été entrepris entre 2012 et 2018 sur l’île d’Unguja. Le projet PAEAUZ, notamment « a permis à 287 000 personnes de bénéficier de services d’alimentation en eau et en assainissement, selon un rapport de la Banque africaine de développement publié le 2 septembre dernier. », selon l’agence d’information économique africaine « Ecofin ». La population de l’île ayant dépassé les 800 000 habitants en 2019, les efforts en termes d’accès à l’eau sont donc à maintenir afin que la majorité des habitants puissent en bénéficier.

Noémie est une photographe et vidéaste made in Toulouse ! Les voyages qu'elle a faits lui ont permis d’appréhender l’image sous un angle à la fois artistique et social. Ici, elle vous propose de rencontrer des personnes qui l’ont inspirées, à travers l’écriture, la photo et la vidéo.

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire