Vidéo : La décharge de la Redoute

0 commentaire

À quelques kilomètres de Paris et très visible depuis l’autoroute 16b, une décharge illégale prend de l’ampleur. Des déchets industriels et domestiques s’accumulent près du parc départemental des Hautes-Bruyères. Installée depuis juillet dernier, la déchèterie ne cesse de s’agrandir. En septembre, la ville de Villejuif estimait la masse de détritus à 18 000 m3.

À l’intérieur, tout un trafic s’est mis en place. Des dizaines de camions traversent la décharge tous les jours et y déversent du plastique, des gravats et même des produits extrêmement polluants comme de l’amiante. Une autre réalité alarmante se dégage de cette première problématique écologique. Les personnes qui gèrent cette décharge sont des familles roumaines et moldaves sans papiers.

Ils travaillent et vivent à la déchèterie de la Redoute depuis plusieurs mois, dans un bidonville qui jouxte la décharge. Loyer moyen mensuel pour un « logement » dans le bidonville : 200 euros. La ville de Villejuif s’inquiète de cette situation mais se sent impuissante, car le terrain appartient à l’État. Sans son appui, la mairie n’a que peu de moyens pour stopper ce désastre écologique et social.

Reportage réalisé à la décharge de la Redoute avec Juliette Thomann, Joël Miranda et Lison Bourgeois.

Pour en savoir plus sur la décharge de la Redoute mais sous un angle différent, on vous conseille de cliquer juste ici.

A quelques lettres près, mes parents auraient pu m'appeler Louise Bourgeois. Faute de quoi, je défends aujourd'hui son combat féministe avec ferveur. Chaque article est une rencontre puis des heures de travail pour retranscrire le mot juste et porter votre voix !

Fière sudiste et féministe, j’ai toujours dans mes poches un appareil photo et mon passeport. Toute excuse est bonne pour sauter dans un avion, un train ou sur un vélo et dégoter des histoires croustillantes à raconter. Petite enquêtrice en herbe, Enola Holmes a du souci à se faire !

Yo, moi c’est Joël. Quand j’étais petit, ma mère me surnommait Shazam parce que j’arrivais à trouver le nom de toutes les musiques. Depuis ça s’est élargi à pleins de domaines. Je suis devenu un espèce de nerd niveau Pop culture : aussi bien capable de réciter tous les dialogues de Jurassic Park que de nommer tous les Pokémon. J’en suis plutôt fier.

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire