Sabrina B. Karine, scénariste en colère.

par Emile Rivet
0 commentaire

Sabrina B. Karine est aujourd’hui une scénariste aguerrie. Depuis presque 15 ans, elle signe les scénarios de nombreux films et séries à succès dont 10% sur France2. Passionnée par son travail, elle aime par-dessus tout raconter des histoires et faire rêver. Mais aujourd’hui elle doit se battre, car elle estime que son métier n’est plus reconnu à sa juste valeur.

Les séries Dix pour cent, Fais pas ci fais pas ça ou encore le film Les innocentes d’Anne

Fontaine ont toutes un point commun. On y retrouve la plume de la scénariste Sabrina B. Karine.

On peut parler de vocation puisque Sabrina est passionnée de cinéma depuis son enfance. Ce

qu’elle aime alors par-dessus tout, c’est raconter des histoires. Aujourd’hui âgée de 36 ans, elle a

même obtenu une nomination au César en 2016 pour Les innocentes. Elle fait ce qu’elle appelle

un métier passion, auquel elle s’est formée en autodidacte, accumulant et variant les

expériences.

“J’écris depuis mes six ans je crois, mes parents et mes amis ont été mes premiers spectateurs, lorsque j’ai vu que je pouvais en faire mon métier, je crois que je n’ai pas hésité, et jusqu’à maintenant, je n’ai aucun regret”

En 2014, elle tente l’expérience de la réalisation avec son court-métrage French It Up! Ce qu’elle
ne réitère pas : “Mon métier de scénariste consiste à écrire des histoires, celui de réalisateur,
c’est de la penser en image, en plans… Je n’ai pas ce réflexe, ce n’est pas ce à quoi j’aspire”.

C’est un métier intéressant, avec de bonnes conditions, mais sans

aucune reconnaissance”

Aujourd’hui Sabrina est en colère. La semaine passée elle a bousculé le milieu de
l’audiovisuel en postant sur Facebook un long message, exprimant son ras le bol du manque de
considération envers les scénaristes. Elle y fait part d’une de ses expériences, disant qu’après
des mois d’écriture, ce n’est pas elle qui est contactée pour venir défendre le projet.
“C’est un métier intéressant, avec de bonnes conditions, mais sans aucune reconnaissance.
C’est un métier de l’ombre et j’y étais préparé, mais je ne m’attendais pas à recevoir du mépris et
à être inexistante aux yeux des institutions. Lors des dernières réunions avec mon réalisateur, je
n’ai pas été interrogée une seule fois sur mon travail, tout est passé par lui. Ce n’est même plus
une démarche volontaire mais ancrée dans le milieu”.

“Nous avons un travail formidable, mais beaucoup de débutants
ne savent pas encore que ce qu’ils subissent est inadmissible”

 Ces derniers jours Sabrina a créé avec une collègue une page Facebook, Parole de scénariste, sur laquelle sont publiés de nombreux témoignages. “Avec cette page, je veux que chaque scénariste puisse partager ses mauvaises expériences et que cela puisse avertir les autres. Nous avons un travail formidable, mais beaucoup ne savent pas encore que ce qu’ils subissent est inadmissible”. Sabrina ne souhaite pas être mise sur le devant de la scène, mais simplement garder une forme d’équilibre et que chaque fonction soit estimée à sa juste valeur. Ce qu’elle estime être important pour son métier afin qu’il reste tel qu’elle se l’était imaginé.

Une démarche qui fait déjà bouger les lignes puisque la page possède déjà plus de deux mille
membres et donne un écho réel à cette problématique

Moi c'est Émile, je suis passionné par la photographie et le voyage. J'ai fait des études dans l'audiovisuel et j'espère pouvoir devenir reporter. Dans tous les cas, voyager grâce à mon métier. Le cinéma me passionne aussi, de l'héroic fantasy à la comédie romantique, tout me va ! À Allumette, je suis responsable image et photo ! En quelques mots j'espère vous en mettre plein la vue.

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire